Le charme discret de l’intestin – Giulia Enders

posted in: Alimentation & santé, Chronique | 1

“Tel est l’objectif que je me suis fixé avec ce livre : je veux ouvrir une porte sur la science et rendre public ce que les scientifiques consignent dans leurs travaux de recherche […] Je n’ai pas de remède miracle à vendre – et même un intestin en bonne santé ne saurait guérir toutes les maladies. En revanche, je peux raconter ce qui se passe dans l’intestin, révéler ses charmes discrets, lever le voile sur ce que la recherche a de nouveau à offrir et expliquer comment nous pouvons exploiter ces connaissances afin d’améliorer notre quotidien.”

Nombre de pages : 334
Date de 1ère publication : Avril 2015
4ème de couverture : Surpoids, dépression, diabète, maladies de la peau… et si tout se jouais dans l’intestin.
Au fil des pages de son brillant ouvrage, Guilia Enders, jeune doctorante en médecine, plaide avec humour pour cet organe qu’on a tendance à négliger, voir maltraiter. Après une visite guidée au sein de notre système digestif, elle présente, toujours de façon claire et captivante, les résultats des toutes dernières recherches sur le rôle du “deuxième cerveau” pour notre bien-être. C’est avec des arguments scientifiques qu’elle nous invite à changer de comportement alimentaire, à éviter certains médicaments ainsi qu’à appliquer certaines règles très concrètes en faveur d’une digestion réussie.
Irrésistiblement illustré par Jill Enders, la sœur de l’auteur, voici un livre qui nous réconcilie avec notre ventre.


Chronique

J’ai ouvert ce livre étant à la recherche d’informations tournant autour de la nutrition. Un point de vue supplémentaire à tout ce que j’ai pu réunir à ce sujet ces 10 dernières années (des problèmes de santé depuis l’adolescence (eczéma à répétition, endométriose*) d’où ont découlé : rencontres et conseils de naturopathes, recherches & expériences personnelles (équilibre acido-basique, étude du Dc Adamo selon votre groupe sanguin …), formation au Yoga avec études autour de l’Ayurvéda).

Lire ICI l’article sur “mon rapport à l’alimentation”.

*Au sujet de l’endométriose, je vais publier le mois prochain (Avril 2019) une chronique spécialement là-dessus, sur le livre “Alimentation anti-endométriose”.

Je ne suis partisane d’aucune méthode/régime en particulier, bien que j’aie mon corps ait ses préférences maintenant que je le connais de mieux en mieux. Mais comme toujours ce n’est pas ce que je souhaite mettre en avant. Mon souhait est avant tout de vous présenter ce livre pour qu’il puisse être un ingrédient de plus à votre recette personnalisée. Car je suis persuadée que, comme toute Vérité, il n’y a pas Un Régime alimentaire valable pour tous, mais que chacun doit trouver son rythme, son équilibre. Et tout cela ne peut se faire qu’à travers l’expérience, et pourquoi pas un peu de connaissance préalable 🙂

Ecrit par une jeune médecin fascinée et passionnée par ce tuyau long de plusieurs mètres, la richesse et la qualité de sa plume nous décrit avec ferveur, simplicité légèreté et humour les charmes discret de l’intestin et plus encore.

Pas de discussion ici sur un régime alimentaire à adopter, plutôt des conseils appuyés pas des études scientifiques. Aussi des explications à la loupe de ces différents organes de digestion. L’auteur reste sur l’idée principale que tout est une question d’équilibre, à vous de trouver la vôtre, entre les explications (théorie) qu’elle apporte et vos ressentis (pratique). Comme toujours la pratique est ce qu’il y a de meilleur pour se comprendre et se connaître, mais une petite dose de théorie peut-être rassurante / intéressante pour ceux qui aiment comprendre le pourquoi du comment 😉

Le livre est répartit en 3 parties :
1. Le charme discret de l’intestin
2. Le cerveau d’en bas
3. La planète microbienne

La 1ère étant celle qui m’intéressait le plus, je vous avoue avoir survolé quelques sous-parties de la 2ème et 3ème parties. Voici quelques annotations & citations que j’ai trouvé relevante :

Concernant l’explication du gluten p.79 à 82, elle dit que de manière naturelle et instinctive, la céréale va se défendre pour ne pas se faire dévorer rapidement et avoir le temps de se ‘reproduire’. Ainsi le gluten serait une sonnette d’alarme pour quiconque en mangerait afin de ne pas en abuser. « Si bien qu’une sauterelle qui grignote trop de plants de blé se retrouve avec des crampes d’estomac, elle laisse donc en paix le reste du champ, et tout le monde est content. »
Oui certes, c’est l’équilibre naturel de la vie qui veut que tout tend à sa survie/reproduction avec un système instinctif d’autodéfense (d’ailleurs la plus grande majorité des êtres vivants (animaux ou végétaux) ne sont en soit pas agressifs, à moins de d’être intrusif ou de l’attaquer). Bref, là n’est pas le sujet principal.

Je suis plutôt intriguée par le point de vue de l’auteur concernant ce qui a pu être dit à plusieurs reprises par différentes personnes, dans le domaine de l’alimentation expliquant que le blé a tellement été modifié et adapté à l’industrialisation, que sa concentration en gluten n’est plus aussi naturelle qu’avant. Et donc plus aussi assimilable que celle que connaissaient nos grands-parents…

Je serais sincèrement intéressée de connaître votre avis sur le gluten que l’on considère aujourd’hui comme le point noir de notre alimentation ?

Voilà deux passages qui incitent à la réflexion (pages 86 et 90) :

“Ce que nous faisons entrer dans la catégorie d’une intolérance alimentaire, ce n’est donc peut-être que la réaction tout à fait saine d’un corps qui, en l’espace d’une génération, a dû s’adapter à une alimentation telle qu’elle n’a encore jamais existé.”

“Devant un médecin qui évoque une intolérance alimentaire, beaucoup de patients auront des réactions disproportionnées. Remarquant que leur état s’améliore quand ils s’abstiennent de manger certains aliments, ils supprimeront de leur alimentation [X] comme s’il s’agissait de produits empoisonnés. En réalité, la plupart des personnes concernées par une intolérance alimentaire ne présentent pas d’allergie complète, mais réagissent à un excès. […] Il n’empêche : une hypersensibilité alimentaire doit être prise en compte. On veut nous faire avaler beaucoup de choses, et notamment de nouvelles habitudes alimentaires : du blé matin, midi et soir, du fructose dans tous les plats tout prêts ou du lait bien après que nous avons quitté les jupes de nos mères – normal que notre corps trouve qu’il en a assez soupé! “

A méditer… 😉

Citations

” Les deux chefs d’oeuvre des deux autres tuyaux – le cœur et le cerveau – ont toute notre considération. Nous jugeons le cœur indispensable à la  vie parce qu’il permet au sang de circuler dans tout notre corps, et nous admirons le cerveau parce qu’il est capable de former des pensées étonnantes à chaque seconde. Pour ce qui est de l’intestin, en revanche, la plupart d’entre nous pensent qu’il n’est bon qu’à se vider. Le reste du temps, il feignante sans doute, pendouille inutilement dans le ventre et lâche peut-être un pet de temps à autre. Compétences particulières? Aucune, à ce qu’on croit savoir. Il faut le dire : nous le sous-estimons et, pour être franc, il nous fait même honte. L’intestin, ça craint.”

“Dans les supermarchés américains, le sucre entre dans la composition d’environ 80% des produits proposés. D’un point de vue évolutif, on peut dire que notre corps vient juste de découvrir le placard où Maman cache les bonbons et friandises, et qu’il se goinfre sans se douter de rien. Prochaine étape : maux de ventre et état comateux sur le canapé.”

Conclusion

Oui il y a un lien entre nos 2 “cerveaux”, de la tête et du ventre. L’on donne généralement l’avantage au cerveau mental, le nommant directeur en chef de notre vie. Mais, à nouveau confirmé ici, ce sont bel et bien nos boyaux qui vont influencer le cerveau (à hauteur de 90% de toutes les infos échangées entre eux et le cerveau) plus que l’inverse. Alors je vous demande… Ne serait-il pas intéressant de faire un parallèle entre ces moments d’anxiété / de dépression / d’angoisse et notre alimentation ?! Car selon l’auteur, c’est certain l’alimentation y joue un rôle majeur (mais pas unique).

Pas de doute concernant un dernier point, si vous voulez ressentir de la gratitude pour votre corps et tout ce qu’il fait pour vous, ce livre vous parlera de tous ces mécanismes bien huilés et inconscients qui nous permettent de vivre au quotidien dans un corps, qui se démène corps et âme pour nous maintenir en bonne santé.

« Qui n’a jamais songé, le cœur gros : ‘Personne ne m’aime’ ; alors que votre cœur, justement, entamait sa 17,000 ème journée de travail de 24h – et aurait bien raison, en entendant ça, de se sentir un peu négligé. »

Sur ce je vous souhaite une bonne digestion et une bonne santé !

Pour plus d’articles de ce type, faites le moi savoir dans les commentaires ci-dessous !

Follow Isis:

Comme un lotus dans son étang, je baigne dans le Yoga et les livres pour y puiser mon épanouissement et mon inspiration au quotidien ♥

  1. kristine jouaux

    Bonjour Isis,
    Super tes chroniques !
    Je connais bien certains des livres que tu proposes… Je vais aussi faire quelques chroniques sur mon blog puisque j’ai lu des centaines de bouquins sur la santé en général (et le cancer en particulier).
    Au-delà de ma compréhension de la santé, c’est le moment de partager mes lectures !
    Je te dis à bientôt !
    ))) Kristine (((

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Inscrivez moi à la newsletter mensuelle !